Le PTZ (prêt à taux zéro) dans le neuf prolongé en 2020 en zone détendue (B2 et C)

Publié le 19 décembre 2019 - Revue de presse

Le prêt à taux zéro pour l’achat ou la construction d’un logement neuf en zone détendue (B2 et C) est finalement prolongé en 2020. Un soulagement pour les professionnels du secteur.

Finalement, le prêt à taux zéro (ou PTZ) va survivre une année de plus. Avec l’adoption définitive du projet de loi de finance 2020, il a été entériné que le prêt à taux zéro pour l’achat ou la construction d’un logement neuf en zone détendue (B2 et C) sera prolongé en 2020. Pour en arriver à cette décision, le dispositif aura connu plusieurs rebondissements.

En 2018, le PTZ avait été reconduit pour 4 ans mais “recentré” ou revu à la baisse notamment dans le neuf, où les montants de prêts accordés avaient été abaissés à 20% du montant total de l’opération au maximum dans les zones B2 et C (contre 40% en zones tendues). A partir du 1er janvier 2020, les zones détendues ne devaient plus être éligibles au PTZ. Dès fin 2018, l’impact du recentrage s’était fait ressentir : le nombre de PTZ avait baissé de près de 30%.

>> Pour savoir si vous avez droit à un PTZ, utilisez notre simulateur gratuit

Le 15 novembre dernier, les députés avaient donc voté un amendement annulant la suppression du PTZ. Dans la foulée, le 6 décembre, le Sénat avait adopté sans modification l’article 50 bis qui maintient le PTZ dans le neuf en zones B2 et C sur toute l’année 2020, alors que celui-ci devait être supprimé. Avec l’adoption définitive du Budget 2020, le prolongement du PTZ est donc définitivement acté.

Les députés votent le maintien du PTZ dans le neuf en zone rurale
Jugé peu efficace, le PTZ doit mourir préconise un rapport
Le gouvernement se dit ouvert à un compromis sur l’avenir du PTZ
Les professionnels du secteur sont soulagés. Dans un communiqué, Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer, explique: “Nous sommes très satisfaits de cette décision de reconduire l’un des derniers dispositifs d’aide à l’accession à la propriété, qui en outre contribue à soutenir le secteur de la construction, déjà impacté par la revue à la baisse du dispositif en 2018. 53% des PTZ accordés en 2019 l’ont été pour l’achat d’un logement neuf au sens large et les maisons représentent 53% des biens qui ont été financés avec l’aide d’un PTZ”.

Le courtier ajoute que le maintien du dispositif, particulièrement en zone B2 qui accueille 20% de la population française et compte plusieurs grandes villes, dont Saint-Etienne et Brest, a réellement du sens car le taux de propriétaires y est en moyenne de 57%, inférieur à celui de la moyenne française (58%), mais surtout bien de deçà de la médiane des communes (80% de propriétaires).

De son côté, la Fédération française des constructeurs de maisons individuelles se félicite de la décision des parlementaires de proroger le PTZ pour le neuf en zone B2 et C. Selon elle, cela devrait permettre à des ménages qui aurait dû être exclus de l’accession à la propriété de pouvoir acquérir une maison individuelle neuve. “Nous venons de passer 18 mois à convaincre, à apporter des éléments tangibles aux parlementaires en faveur de la prorogation du PTZ. Nous avons non seulement été écoutés mais surtout entendus. Je félicite ici la représentation nationale proche des territoires qui a pris là une décision importante pour les territoires péri-urbains et ruraux”, indique Damien Hereng, président de la FFC.