Comment fonctionne l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) ?

Publié le 15 septembre 2020 - Revue de presse

Ifi impôt

Depuis le 1er janvier 2018, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été supprimé et un nouvel impôt, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a été créé. De quoi s’agit-il ? Comment cela fonctionne ? Explications.Date limite de paiement de l’IFI

La date limite de paiement de l’IFI varie selon le mode de paiement :

  • Jusqu’au 20 septembre 2020 minuit : pour un paiement en ligne. Le prélèvement sera effectué à compter du 25 septembre 2020.
  • Jusqu’au 15 septembre 2020 : pour un moyen de paiement non dématérialisé (paiement en ligne par internet, smartphone ou tablette).

Attention, la date limite de paiement peut être fixée à une autre échéance (16 novembre). Vous recevrez alors votre avis au cours du mois précédent.

Qui est concerné par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) ?

L’IFI concerne les personnes détenant un patrimoine immobilier net supérieur à 1,3 million d’euros.

Le foyer fiscal pris en compte pour l’IFI se compose :

  • d’une personne vivant seule
  • de personnes vivant en couple.

Les biens des enfants mineurs dont vous ou voter conjoint avez l’administration légale seront également pris en compte pour calculer le montant de votre IFI.

À noter : le foyer fiscal IFI peut être différent du foyer fiscal pour l’impôt sur le revenu. Les enfants majeurs qui ont un patrimoine supérieur à 1,3 million d’euros, peuvent être rattachés au foyer fiscal de leurs parents pour la déclaration de revenus, mais devront déclarer leur IFI de manière indépendante.

En savoir plus sur le site impots.gouv.fr

Quels sont les biens imposables à l’IFI ?

L’IFI se calcule en prenant en compte votre patrimoine net taxable au 1er janvier 2019. Le patrimoine net taxable est la somme des valeurs imposables de vos biens immobiliers, auquel on soustrait les dettes déductibles.

Les biens imposables sont notamment :

  • maisons, appartements et leurs dépendances
  • bâtiments classés monuments historiques
  • immeubles en cours de construction au 1er janvier 2019
  • immeubles non bâtis tels que terrains à bâtir, terrains agricoles, etc.
  • immeubles ou fraction d’immeubles détenus indirectement via des titres et parts de sociétés
  • biens et droits immobiliers qui ne remplissent pas les conditions pour être considérés comme des biens professionnels.

Certains biens sont exonérés, comme les biens professionnels, les bois et forêts, les biens ruraux loués par bail à long terme, etc.

À noter : La valeur de votre habitation principale bénéficie d’un abattement forfaitaire de 30 % à condition qu’elle ne soit pas détenue par le biais d’une SCI de gestion.

Les dettes pouvant être déduites doivent remplir 3 critères :

  • exister au 1er janvier 2019
  • être à la charge personnelle d’un membre du foyer fiscal
  • être afférente aux actifs imposables.

Certaines dettes sont exclues de déduction, même si elles réunissent les 3 conditions.

Les dettes déductibles peuvent être par exemple des dépenses relatives à l’acquisition d’un bien, à son amélioration, à sa reconstruction, à l’entretien du bien ou les impôts concernant le bien (taxe foncière, IFI…)

Source  : economie.gouv.fr